La mesure de ­suramortissement

MARS 2016 : Bercy vient de décider de prolonger jusqu’à la fin de l’année au moins la mesure de ­suramortissement.

Ce dispositif devait initialement prendre fin en avril 2016.

Le gouvernement s’apprête à faire un nouveau geste en faveur des entreprises. Le suramortissement, qui devait initialement prendre fin en avril, sera prolongé au moins jusqu’en fin d’année. Ce dispositif, permettant de déduire de leur bénéfice fiscal 40 % des sommes engagées sur des investissements productifs réalisés entre avril 2015 et avril 2016, avait reçu un accueil très positif des industriels, qui demandaient son renouvellement. Ils ont obtenu gain de cause, Bercy venant d’arbitrer en faveur de sa prolongation.

Cette décision intervient alors que l’investissement, moteur indispensable à la reprise, commence tout juste à frémir. D’après l’Insee, les industriels prévoient désormais d’augmenter leurs investissements de 7 % cette année, contre +3 % précédemment. Pour les chefs d’entreprise, le suramortissement joue bien un rôle prépondérant dans cette reprise. « Pour ceux qui avaient déjà un projet d’investissement, cela a eu un effet accélérateur. Pour ceux qui hésitaient, la mesure est considérée comme incitative », assure Michel Athimon, directeur général de la Fédération des industries mécaniques (FIM).

Un sondage réalisé au sein de la fédération montre que 3 industriels du secteur sur 10 ont augmenté leurs investissements grâce à cette mesure. Chez leurs clients, la proportion monte même à 6 sur 10. Un bilan plutôt positif, même si les entreprises concèdent que le suramortissement les a plutôt incitées à anticiper certains investissements, et pas vraiment à changer leur politique : « La plupart des entreprises ont profité de cette mesure pour lancer des investissements nécessaires, qui auraient été lancés plus tard sans cette mesure », indique une note de la FIM.

Pour en savoir plus : Les Echos

Rappel du dispositif : www.service-public.fr